Guillaume Apollinaire

Le 26 août 1880, Naissance à Rome de Guillaume, Albert, Vladimir, Apollinaire de Kostrowitzky, fils de Angélique de Kostrowitzky et fils putatif de François Flugi d'Aspermont. 1882, Naissance de son frère Albert. 1887, Installation à Monaco d'Angélique et de ses deux fils. 1896-1897, Il quitte le lycée de Nice sans obtenir le baccalauréat. 1899, Séjour des deux frères à Stavelot. Rencontre d'une jeune fille, Mareye. Ebauche de L'Enchanteur pourrissant. 1900, Retour à Paris. Apollinaire travaille dans une officine financière, la Bourse parisienne, et fréquente la bibliothèque Mazarine. 1901, Séjour en Allemagne comme précepteur pour la famille de Milhau. Rencontre avec Annie Playden. 1902, Voyage en Allemagne et en Autriche-Hongrie. Retour à Paris.Première publication dans La Revue Blanche de L'Hérésiarque. Travaille comme journaliste à L'Européen et employé dans une banque. 1903-1904, Publie sa propre revue Le Festin d'Esope. Première version de L'Enchanteur pourrissant.
Le Pont Mirabeau
Sous le pont Mirabeau coule la Seine
Et nos amours
Faut-il qu'il m'en souvienne
La joie venait toujours après la peine.

Vienne la nuit sonne l'heure
Les jours s'en vont je demeure

Les mains dans les mains restons face à face
Tandis que sous
Le pont de nos bras passe
Des éternels regards l'onde si lasse

Vienne la nuit sonne l'heure
Les jours s'en vont je demeure

L'amour s'en va comme cette eau courante
L'amour s'en va
Comme la vie est lente
Et comme l'Espérance est violente

Vienne la nuit sonne l'heure
Les jours s'en vont je demeure

Passent les jours et passent les semaines
Ni temps passé
Ni les amours reviennent
Sous le pont Mirabeau coule la Seine